Jeudi 18 juin, Greenpeace France, le Réseau Action Climat et Résistance à l’Agression Publicitaire, se mobilisaient pour réclamer une « loi Évin pour le climat » , en référence à la loi de janvier 1991 qui encadre strictement la publicité pour l’alcool et le tabac.

« Cette loi a interdit dans les années 90 la publicité sur le tabac presque partout en France et a permis de dénormaliser sa consommation. Appliquée au climat, cette dernière permettrait d’interdire formellement les publicités sur les SUV ou le textile neuf » affirme Khaled Gaiji, porte-parole RAP, qui considère l’arsenal législatif comme la méthode la plus efficace.

Ainsi de nombreuses associations réclament aujourd’hui l’interdiction, totale ou partielle, de la publicité et du marketing pour certains produits, notamment ceux qui sont tous l’objet de dépenses de communication commerciale particulièrement importantes :

  • Les SUV et autres véhicules motorisés individuels particulièrement lourds dont le taux d’émission est supérieur aux objectifs de l’UE horizon 2030
  • Les voyages en avion à très haute intensité carbone comme les trajets sur une courte distance ou les voyages sur une courte durée
  • Les offres de la restauration rapide,⠀qui sert ses repas dans des conditionnements jetables et produit massivement des déchets tout en étant source de problèmes sanitaires
  • Les produits trop gras, trop sucrés, trop salés dont l’impact est négatif pour la santé publique
  • Les bouteilles d’eau en plastique jetables
  • Le textile d’habillement, et plus précisément l’industrie de la fast fashion
  • Les smartphones
  • Les SUV et autres véhicules motorisés individuels particulièrement lourds dont le taux d’émission est supérieur aux objectifs de l’UE horizon 2030
  • Les voyages en avion à très haute intensité carbone comme les trajets sur une courte distance ou les voyages sur une courte durée
  • Les offres de la restauration rapide,⠀qui sert ses repas dans des conditionnements jetables et produit massivement des déchets tout en étant source de problèmes sanitaires
  • Les produits trop gras, trop sucrés, trop salés dont l’impact est négatif pour la santé publique
  • Les bouteilles d’eau en plastique jetables
  • Le textile d’habillement, et plus précisément l’industrie de la fast fashion
  • Les smartphones

Une façon de désenchanter certaines formes de consommation et de réorienter la publicité vers des secteurs porteurs en matière d’écologie.

👁‍🗨 Lire le rapport pour une loi Évin Climat

© Auteur photos / Greenpeace 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *